Villagers @ royal college of music, manchester, uk

Standard

Vous connaissez peut-être la formation Villagers puisque le deuxième album de la formation dublinoise, Awayland, paru sur étiquette Domino, tournait abondamment sur les ondes de CISM 89,3 FM en 2013. A l’occasion de la sortie de leur 3e album, Darling Arithmetic, le groupe de Conor O’Brien, présentement en tournée britannique, performait au Royal College Of Music et London Cafe était sur place.

Assurant la première partie,Luke Sital-Singh, jeune auteur-compositeur-interprete originaire de Londres, nous offrait une performance tout en légèreté  mais oh combien solide. Une voix qui a du charme, des chansons d’amour déprimantes (il le disait lui-même entre ses chansons) a tout pour faire tomber les filles. Autant habile au piano qu’à  la guitare, les ritournelles de Luke nous emportaient dans un monde mélancolique digne des grands noms folk-pop de ce monde. Une seule petite ombre au tableau: la performance un peu statique et avec un peu trop de retenue, probablement causée par la gêne, le jeune chanteur n’étant qu’à ses premiers balbutiements.  

Puis, Villagers firent leur entrée dans le décor simpliste de la salle. En effet, , seule une grande moquette disposée en plein milieu de l’auditorium ainsi qu’une lampe de salon et les hauts-parleurs sur le côté  faisait office de scene. Enchaînant  succès après succès, la formation irlandaise interagissait abondamment avec le public nombreux et attentif. De ballades typiquement folk a des pièces un peu plus “upbeat” et rock, le quintette nous emmenait dans leur univers attachant avec les chansons de leur dernier album en passant par des “oldies” comme ils le mentionnaient si souvent lors du concert.

Commencant d’emblée  avec Set The Tigers Free, le groupe a mis le ton a la soirée. Le voyage musical s’est poursuivi avec, pour la plupart, des chansons tirées de Darling Arithmetic soit Little Bigot, Soul Serene, So Naive et quelques petites pépites folk.

Villagers a beau être un groupe qui joue de la guitare acoustique et de la harpe tout en douceur, ils ont quand même prouvé  qu’ils savaient  rocker sur une version améliorée avec un tantinet plus de percussion de Memoirs, un des moments fort de la soirée. Autre moment inoubliable, les solos de Conor O’Brien sur Becoming a Jackal et Ship of Promises. 


Dommage que nous n’ayons pu vous capturer ne serait-ce qu’une photo de ce magnifique concert. Eh oui les cellulaires étaient interdits mais au moins nous avons pu profiter pleinement du show. 

Sur ce on se retrouve bientot pour Focus Wales qui commence le 22 avril.

image1.JPG


Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s