Review:Tim Booth @ Manchester Club Academy, 20 avril 2011.

Standard

Tim Booth ouvrait sa tournée anglaise avec un spectacle à guichets fermés le 20 avril dernier à Manchester et London Cafe était sur place. Tim Booth, quelque peu agacé par les problèmes techniques, a offert une prestation solide et ce malgré des ajustements sonores nécessaires et quelques ratés qui n’ont en rien dérangé le public. Après le spectacle, Tim a écrit sur la plateforme Twitter via son pseudonyme @RealTimBooth) : ”C’était le chaos sur la scène, nous avions appris 25 chansons et c’était un travail que nous avions fait avec acharnement. Il a même fallu recommencer une chanson 5 fois de suite mais c’était génial ”. En effet, une des nouvelles chansons leur a donné du fil à retordre mais la réaction de Tim et de ses comparses était tout aussi divertissante que si elle avait été interprétée sans faute.

Tim Booth s’est entouré pour l’occasion de six musiciens partageant une complicité évidente sur la scène dont Saul Williams, guitariste et violoniste de James.La foule était bien contente d’entendre le violon résonner sur plusieurs pièces notamment sur Buried Alive . Un autre collaborateur était de la partie soit Lee Baker, le co-créateur et producteur du nouvel album de Tim intitulé Love Life.

Le groupe de musiciens et Tim Booth sont arrivés par surprise  de l’arrière de la salle, avec un plaisir évident de se produire devant leurs concitoyens de Manchester qui le leur a bien rendu en faisant preuve d’un enthousiasme et d’un plaisir de retrouver un des chouchou musical de la ville.Entre autres, lors de l’interprétation de Monkey God, la foule s’est embarquée en choeur pour chanter celle-ci

Le site internet nous avertissait d’avance : il n’y aurait aucune grosses chansons de James dans ce show… la réalité : il n’y a eue aucune chanson de James sauf You Can’t Tell How Much Suffering (On a Face That’s Always Smiling). Pourtant Live A Love Of Life de Seven ou Come Home auraient été des choix judicieux compte tenu des circonstances.C’était en effet un peu dommage mais il s’est avéré que ce choix d’exclure les créations de James, quoi que risqué, fut un pari réussi.

En plus de neuf chansons tirées du plus récent disque de l’auteur-compositeur de Manchester (avec un petit recours a des aide-mémoire car c’était tout nouveau pour Tim de les interpréter), les spectateurs ont eu droit entre autres a une reprise de Regina Spektor Man of Thousand Faces. Malheureusement, il y a eu l’absence de Dance of the bad angel (par manque de temps même si celle-ci était prévue à la setlist, tout comme l’excellente Falling Down (tirée de Bone). Mais, le moment fort du spectacle a été sans aucun doute :Fall in love with me de manière presque acapella avec seulement Lee Baker qui a ajouté quelques accords de guitare et Saul qui faisait pleurer son violon avec bonheur.

Il n’y a pas eu de second rappel, Tim devant se rendre à Glasgow le lendemain pour un autre spectacle. A noter qu’il sera  par contre de retour sur scène avec son groupe James en mai dès le 13 mai pour des concerts un peu partout en Angleterre et lors de festivals car eh oui, l’Europe a de supers festivals durant la saison estivale.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s